Le 30 janvier, 18h-21h – Fribourg, Université Miséricorde, salle 2122AB

La mobilisation pour la Grève pour l’Avenir le 15 mai continue et pousse désormais les gens à se mobiliser sur leur lieu de travail, mais aussi d’habitation.

Jeudi 30 janvier, le collectif de la Grève du Climat se mobilise à nouveau. En collaboration avec plusieurs syndicats et associations, il proposera une rencontre pour tou.te.s celleux désirant participer à la grève du 15 mai, la Grève pour l’Avenir. En effet, l’objectif de cette mobilisation, sera de pousser chacun.e aux changements possibles sur son lieu de travail et/ou dans son quartier, afin de permettre l’implication des individus dans la réflexion vers des solutions et prendre ainsi en compte les nécessités et particularités de différents corps de métiers ou quartiers représentés.

Pour que cette grève fonctionne, nous avons besoin que des collectifs de grève se créent, de manière décentralisée, sur les lieux de travail, dans les écoles et sur les lieux de vie. C’est pourquoi nous invitons l’ensemble des personnes qui souhaitent créer un collectif de grève, à la prochaine assemblée, le jeudi 30 janvier 2020, de 18h à 21h  à l’université de Fribourg, bâtiment de Miséricorde, salle 2122 AB. 

Aujourd’hui plus que jamais, alors que le collectif de la Grève du Climat “fête” son premier anniversaire, que les incendies dévastent l’Australie et que nous découvrons hébété.e.s ce qui semble n’être que le prélude d’une symphonie aux mouvements innombrables de catastrophes naturelles, il est plus que jamais temps pour la population d’élever la voix. L’étendue des dégâts déjà vus en Amazonie et à présent en Australie – pour ne parler que des plus impressionnants – ne présagent rien de bon pour les années à venir. Pour cette raison, et parce qu’il serait inconscient d’attendre que nous soyons les prochain.e.s au coeur de la tempête, il est temps d’agir. Le collectif de la Grève du Climat se mobilise donc à nouveau et n’est pas tout seul.

“Il est temps de prendre en compte le climat dans nos vies domestiques et professionnelles. La politique n’est pas que dans les parlements ou dans la rue, elle se traduit dans tous les aspects de nos vies et a des conséquences sur chacune de nos interactions, dans les structures professionnelles autant que dans notre vie privée.” déclare Iris, militante dans le collectif.

Cette réunion sera l’occasion de développer des revendications au niveau local et de s’organiser comme comité de grève ainsi que de réfléchir et partager sur certaines questions comme : en quoi le changement climatique vous concerne-t-il ? Quels défis pourrait poser la transition écologique dans le cadre d’une ou l’autre profession ? Comment prévenir un maximum les conséquences néfastes du changement climatique dans une profession ou un quartier selon ses spécificités ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.