Le Black Friday – Le révélateur d’escroquerie

Disclaimer : Les prises de positions de cet article n’engagent que son auteur et pas l’ensemble du mouvement des grèves du climat. Cette plateforme se veut être un échange et un moyen d’expression pour différentes mouvances à l’intérieur même de la GDC.

Chaque année, on l’attend. Chaque année, il revient plus fort encore que l’année précédente : le Black Friday ! Occasion inestimable de se procurer tout ce qui est hors de nos moyens le reste du temps, ce jour est également le moment d’un profit invraisemblable pour les commerces. Quand les réductions de prix créent le profit, il est temps de se demander si on ne se fait pas escroquer quelque part.

En effet, si les entreprises sont capables de faire du profit grâce à des produits vendus aux deux tiers, voire au quart de leur prix initial, c’est que les marges que se font ces entreprises sont indécentes. Personne ne vend à perte, à part pour éviter une faillite ou pour faire un don. Si on nous vend des produits à 60, 70 ou 80% de réduction, c’est que les vendeur·euse·s se font toujours une marge sur la vente. Sinon ils ne le feraient tout simplement pas, ce ne serait pas rentable. Soit les producteurs du produit sont sous-payés, soit c’est nous qui payons trop cher ce que nous consommons, ou les deux à la fois. Si ce n’était pas le cas, il ne serait tout simplement pas possible de tirer une marge d’un produit vendu au tiers de son prix initial. Et c’est sans compter les escrocs moins subtils qui profitent du Black Friday pour vendre des produits pleins prix en faisant croire à la réduction grâce à l’étiquette.  

Pour clarifier, disons que les réductions de prix prouvent que les commerçant·e·s peuvent se contenter de gagner moins par produit vendu et faire du profit malgré tout. C’est-à-dire qu’ils pourraient vendre leurs produits moins chers sans que cela fasse s’écrouler l’économie industrielle mondiale. La compétition est censée nous offrir, à nous consommateur·trice·s, le meilleur des prix. Pourtant le Black Friday semble le démentir : si le meilleur des prix est celui que nous obtenons ce jour-là, pourquoi ces prix n’ont-ils pas cours toute l’année ?  On pourrait me citer quantités de raisons économiques, elles reviendraient toutes à des décisions volontaires prises par des personnes intéressées. Les mêmes qui préfèrent augmenter les dividendes ou les salaires des managers plutôt que d’augmenter les salaires des producteurs. Les actionnaires et les conseils d’administration décident de nous vendre les produits de notre consommation plus chers qu’ils ne valent. Autant il semble normal qu’un artisan local vende plus cher sa chaise que cela ne lui en coûte de la fabriquer. Autant, il est immoral que des multinationales obtiennent des marges supérieures à 60% sur des produits qu’ils font fabriquer par des ouvriers payés quelques dollars la journée.

Alors, ce Black Friday, quand vous hésiterez à vous procurer cet écran télé à moitié prix ou cette cafetière multifonction au tiers de son prix, je ne veux pas que vous ne pensiez qu’aux travailleurs exploités ou à la pollution engendrée. Je veux que vous pensiez aussi à tous ces autres jours où vous avez acheté des produits au prix plein… et où on vous escroquait.

Maxime Rotzetter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.